Comment aborder des inconnus ?

Les plus timides me diront : « mais quelle idée de vouloir faire ça !!! »
Je comprends, j’en étais une timide…

Dans la vie, tu sais que si tu veux avancer, il faut que tu sortes de ta zone de confort.
Et il peut t’arriver de devoir aborder des inconnus.
Que ce soit dans la rue, en porte à porte, chez des commerçants, au téléphone…

Oui je parle bien là de les contacter directement, de vive voix, sans passer par le confort du fauteuil derrière ton écran.

Voici comment je procède, de plus en plus naturellement et simplement, pour aborder des inconnus :

1 – La préparation

Tu as besoin de préparer de quoi tu vas parler, mais surtout de te préparer toi-même, psychologiquement à cet exercice.

1 – Pourquoi tu veux le faire

Ok, parfois le « tu veux » est plus au départ un « tu dois ».
Quand tu auras essayé plusieurs fois, tu prendras plaisir à le faire.
La communication, l’échange, le partage font partie de nos besoins humains.

En général, tu as besoin de parler à des inconnus, car tu as besoin de quelque chose.
Par exemple :

  • Demander ton chemin (ton gps est sans réseau ou plus de batterie…)
  • Avoir un avis (sur un lieu, un restaurant…)
  • Faire connaissance (dans une soirée, une réunion…)
  • Apporter une information (utile c’est mieux !)
  • Prévenir d’un risque ou d’un danger (tu auras peu de préparation)

Si la situation n’est pas urgente, tu as le temps de réfléchir, à :
« pourquoi je veux discuter avec des personnes que je ne connais pas ? »

Le « je veux » est important, car il permet à tes peurs de se calmer, car c’est toi qui le décides et tu peux analyser, avec réalisme ce qui pourrait arriver.

2 – Maitriser tes peurs

Tu es influencé dans tout ce que tu fais par ton cerveau reptilien.
Celui que l’on a depuis la nuit des temps, qui te protège ou t’empêche de faire ce que tu souhaites.

Il sert à te prévenir d’un danger.
A une certaine époque, c’était attention un lion !
Quand tu étais enfant, c’était plutôt « ne parle pas aux inconnus ».

Tout ça est enregistré dans un coin de ton cerveau et te bloque dans ta démarche.

Dans ta préparation, je te conseil, de faire la liste de ce qui pourrait se passer, si tu parles à des inconnus :

  • Je vais me faire envoyer…
  • Je risque d’être agressé
  • On va me regarder bizarrement
  • On va me poser des questions auquel je ne sais pas répondre

Quand tu connais tous ces « risques », tu peux préparer comment tu vas réagir, tu ne seras pas sous la surprise.
En tout cas, moins que sans préparation.
Même si ça peut toujours arriver, l’entrainement et l’expérience te permettront d’avoir des réactions appropriées, sans même y penser.

2 – Comment interpeller un inconnu ?

1 – Le sourire

La base de la base, pour ne pas faire peur à la personne en face, c’est de lui sourire.
Elle reçoit le message que tu ne lui veux pas de mal.

Même si on ne fait pas forcément attention à notre langage corporel, car il se fait naturellement, il est très important.

Toi-même tu es réceptif à la réaction corporelle et au visage des personnes que tu croises.
Tu sauras d’instinct, si tu seras bien accueilli ou si ce n’est pas la peine d’essayer plus.

Si la personne répond à ton sourire c’est déjà bien parti, continue.

2 – Les premiers mots

Il est important de bien les choisir et le premier est aussi très facile.
Il suffit de dire « bonjour ».
La personne est d’autant plus interpellée individuellement en disant :
« bonjour madame » ou « bonjour monsieur ».

Ensuite enchaine, quand tu as son attention, par une phrase simple, qui ne lui demande pas de réfléchir et qui surtout ne l’engage à rien.

Quand tu as préparé ta démarche, tu sais à quelles personnes tu veux t’adresser et celles qui ne correspondent pas du tout à ta « cible ».

Donc par cette question simple, tu présélectionnes les personnes qui t’intéressent et tu gagnes du temps.

Cette petite question te permet de briser la glace, quel que soit la réponse.

3 – Le langage

Une fois que tu as tout l’attention de ton interlocuteur, tu peux lui délivrer ton message.

Que ce soit lui poser une question pour toi (comme avoir un renseignement) ou pour lui (tu as une information à lui communiquer).

Il faut que tu sois clair, concis et bref.
Mais sans pour autant parler à toute vitesse par le stress.
Ça aussi tu peux le travailler, en t’exerçant à maitriser ta respiration.

Si tu parles trop vite ou si tu n’es pas clair, la personne ne va pas te comprendre.
Elle te fera répéter, te demandera des explications, et tu risques d’être encore plus stressé.

Donc utilise des phrases simples, courtes, que tu vas rapidement connaitre par cœur.

Prends aussi en considération le volume de ta voix et ton environnement.
Dans un lieu calme, ne parle pas trop fort (tu risques de faire fuir et de sembler agressif).
Par contre dans un lieu bruyant, la personne doit pouvoir t’entendre.
Trouver le juste milieu n’est pas toujours simple, surtout en ayant une distance physique de respect.

Je te confirme que les premières fois ce n’est pas un exercice facile, mais tu verras généralement les gens ne sont pas méchants !!!

Surtout reste toi-même et aborde les avec courtoisie et bienveillance.

Tu auras toujours des personnes qui ne voudront pas te parler ou qui te répondront de manière désagréable, mais ce n’est pas directement contre toi.

De toutes façons, ils ne vont pas te manger, ce ne sont pas des lions…
Alors lance toi, essaye, ose …

Et si vraiment c’est trop difficile n’hésite pas à te faire aider.
Te permettre d’oser est le but de notre association, nous serons ravies de t’accompagner.

Belle expérimentation à toi.

Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *