Comment sortir de l’état de sidération ?

Qu’est-ce que l’état de sidération ?

Pour le Larousse la sidération est :  » anéantissement subit des forces vitales, se traduisant par un arrêt de la respiration et un état de mort apparente. »

Bon, c’est un peu excessif comme définition…

Il est possible d’être en état de sidération sans pour autant être presque mort !

La sidération vient d’un choc plus ou moins extrême, qui paralyse, empêche de réfléchir, de passer à l’action, on se retrouve comme figer sur place.

L’année 2020 a généré cet état chez beaucoup de personnes.

J’ai connu plusieurs fois dans ma vie cet état, je sais maintenant le reconnaitre et ne pas y rester.

Il est possible d’en sortir et de s’en sortir, voici des pistes pour y arriver :

1 – En prendre conscience

La vie t’a infligé un choc, qu’il soit physique ou psychologique.

Tu sens que tu es différent(e), que ton corps ne réagit pas comme avant.

Que ton cerveau ne réfléchit pas non plus, de la même façon.

Ton ressenti c’est : anéanti(e), déprimé(e), désespéré(e), triste, seul(e), que c’est la fin du monde…

C’est tellement soudain, horrible, terrifiant, dramatique…

Que tu ne peux même pas y penser de manière raisonnée.

Et c’est normal.

C’est ton corps tout entier qui se met en mode pause, bug.

Il ne peut pas gérer, assimiler l’information, alors il se protège.

Mais tu ne t’en rends pas forcément compte, c’est ton entourage qui le voit le plus et qui s’inquiète.

Et c’est grâce à eux que tu peux prendre conscience que tu n’es plus dans ton état normal, plus toi-même.

Quand les questions « tu vas bien ? », « comment te sens-tu ? », « ça n’a pas l’air d’aller ! », reviennent souvent, c’est qu’il se passe quelque chose.

Alors, plutôt que de réponse « si, ça va ! », continue le dialogue à ce sujet et répond « pourquoi tu me demandes ça ? Tu as vu un changement ? »

En parler avec quelqu’un (un proche ou un thérapeute), exprimer à voix haute tes ressentis, te permet de les passer dans ta conscience.

Une fois cette étape franchie, tu peux y réfléchir, démêler le pourquoi du comment si tu le veux.

Parfois c’est trop douloureux pour en parler en détail, mais juste le fait de l’aborder en surface, te permet de t’en libérer une partie et de sortir de cet état de torpeur.

N’hésite pas à te faire accompagner pour traverser cette épreuve.

2 – Avoir un autre regard

L’annonce d’une maladie, d’une catastrophe, de la mort d’un proche…un accident, une agression, …
Peut créer comme réaction, cet état de sidération.

C’est différent de l’étape de déni, on est dans l’incapacité de pouvoir réaliser ce qui arrive.

Une fois la prise de conscience effectuée, c’est réussir à reprendre sa vie en main.

Bien sûr elle ne sera jamais plus comme avant, mais elle sera, si tu le veux.

L’être humain a une capacité de résilience qui est extrêmement puissante.

Il suffit « juste » de l’actionner.

L’une des façons de la faire est d’avoir un autre regard sur la situation.

Soit en y arrivant soi-même, soit grâce à une personne extérieure.

C’est se rendre compte que l’on est toujours vivant.

Et que « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ».

Réussir à un moment à se dire :
« Ok il m’est arrivé ça, je ne peux rien y changer, mais je suis encore là, alors qu’est-ce que je peux en faire ? »

Comment ça peut devenir une force, une opportunité pour moi de changer une ou des choses dans ma vie ?

Si tu ne connais pas la résilience, je comprends que ce que j’écris peut te choquer, qu’on ne peut pas se remettre de tel ou tel chose, et pourtant…

Je ne parle pas ni d’oublier, ni d’excuser, ni de perdre son temps a trouver des circonstances atténuantes.

Mais de prendre le temps de se reconstruire et se projeter vers un avenir possible.

Si tu veux des exemples, tu en trouveras des milliers, de personnes qui ont :

  • Vécues la mort d’un enfant
  • Perdues des membres
  • Surmontées des maladies
  • Subies des horreurs
  • Échappées à la mort

Et qui pourtant sont encore là et le raconte.

Pour aider les autres et leur montrer que l’on peut le transcender et en faire quelque chose.

3 – S’écouter

Tu sais la petite voix qui te dit que tout va mal, que tu ne vaux rien, que s’il t’est arrivé ça c’est normal….

Et bien tu l’envoies voir ailleurs, tu la fais taire.

Car il y en a aussi une autre qui te dit, que ça va aller, tu vas y arriver, tu vas t’en sortir.

L’important n’est pas de connaître le comment, mais d’être convaincue et persuadée que oui.

De demander à la vie d’aller mieux, d’avoir des projets, une vision du futur et de la laisser nous apporter de quelles façons.

Il y a plein de méthodes de développement personnel et/ou spirituelles pour apprendre à s’écouter et voir les signes que la vie peut nous apporter sur notre chemin.

Pose toi la question : qu’aimes-tu faire ?
Qui te fait plaisir, t’apporte de la joie ?

Et même si, sur le moment tu n’en as pas envie, tu n’en as pas le courage, met ton corps en mouvement et va faire un truc qui te fait plaisir.

Ça peut être juste une musique et tu bouges, à ton rythme, en commençant lentement, chacun de tes membres.

Le corps en gesticulation apporte une information à ton cerveau que tu es sorti de léthargie.

Comme la chrysalide qui devient papillon, sort de ton cocon et va explorer la beauté du monde.

N’hésite pas à prendre contact avec notre équipe pour t’épauler dans ton cheminement.

Je te souhaite une vie joyeuse.

Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.