Les 3 freins à un rire épanoui

Un rire épanoui, mais qu’est-ce que c’est ?

Comment oser rire, librement, dans la vie quotidienne ?

Imagine, tu es dans une salle pleine de personnes que tu ne connais pas.

Tu discutes tranquillement avec celle qui t’accompagne (on va dire une amie), quand tout à coup, suite à une phrase, elle se met à rire de bon cœur.

Toi, qu’est-ce que tu fais ?

Tu ris aussi avec elle ou tu te retiens ?

Ou tu le fais discrètement, en silence ?

Si ta réponse est plutôt une attitude réservée, voici pourquoi « c’est normal » et d’où cela provient :

1 – Le regard des autres

Pourquoi tu n’oses pas rire alors que ton amie n’a aucun problème pour s’exprimer librement ?

Tout simplement car vous n’êtes pas seuls(es).

Et encore, même parfois avec 1 seule autre personne, tu n’oses pas non plus.

Cette réaction vient bien souvent de l’enfance, où tu n’étais pas autorisé à t’exprimer pleinement, ou que tu as eu des remontrances et réflexions.

Rire de bon cœur, « à voix haute », c’est prendre le risque que les personnes environnantes se retournent, regardent… et jugent, critiquent…

Et dans notre fonctionnement de société, nous avons besoin du sentiment d’appartenance, de ralliement à un groupe.

Le regard des autres est très important pour beaucoup d’entre nous et ce, quelle que soit la situation ou l’endroit (dans la vie personnelle comme professionnelle).

Bien sûr rire dans certaines situations peut être « déplacé », mais parfois un rire nerveux ne se contrôle pas du tout.

Qui ne s’est jamais marré en regardant quelqu’un tomber ?

Dans la réalité ou en regardant des vidéos, et pourtant, pour la personne qui s’est peut-être fait mal, ça n’a rien de drôle !

Mais c’est plus fort que nous, la situation nous a fait rire.

Le rire est communicatif et le plus souvent les regards qui se tournent vers toi, sont pour savoir ce qui se passe et pourquoi pas s’esclaffer avec toi.

Les enfants n’ont pas ce problème, s’ils ont envie de rire, ils le font, tout simplement.

D’autant plus que généralement ils déclenchent au minimum des sourires aux adultes à proximité.

Alors dis-toi que ceux qui vont t’entendre voudraient bien en faire autant, voire t’envient et pas du tout te juger négativement (ou très rarement).

Mais c’est plus souvent le deuxième frein qui t’en empêche.

2 – Ta confiance en toi

La personne avec qui tu es venu, a-t-elle peur du regard des autres ?

Ou juste confiance en elle ?

Avoir confiance en soi, c’est être capable de faire des choses sans se soucier de l’opinion des autres, parce que ces choses sont normales pour nous.

Ainsi, ton amie rit car elle en a envie, c’est normal, tu viens de lui dire une blague !

Le rire est une capacité naturelle de notre corps à exprimer de la joie, pourquoi s’en priver ?

Souvent par peur, par appréhension, par habitude…

Mais comment te sentirais-tu si tu osais ?

Qu’est ce qui pourrait se passer ?

Au pire du pire, du pire ?

Et bien rien de bien méchant en fait !

Peut-être un « chut » si c’est dans une bibliothèque, pendant que tu auras fait sourire d’autres personnes et surtout échangé un regard complice avec ton amie, qui vous amènera vers un rire plus discret.

Bon effectivement, si tu le fais dans un environnement hostile, où les personnes autour peuvent penser que c’est pour se moquer, tu peux te faire agresser, mais qui irait prendre ce risque ?

La confiance en soi se gagne en pratiquant, donc essaie régulièrement des petites actions.

Et quand tu sais que tu es dans un lieu où personne ne viendra t’attaquer si tu rigoles, ose le faire et le faire de plus en plus.

Je connais bien cette situation et je continue à m’entraîner, mais le 3ème frein est puissant.

L’expérience dans le tramway a été très libérateur (cf article) et nous avons passé un très bon moment.

Nous renouvellerons l’expérience dans d’autres circonstances.

3 – Le temps

Si tu n’oses pas régulièrement rigoler, tes habitudes et ton mode de vie vont t’éloigner de plus en plus de ton rire épanoui.

C’est vrai, dans ton quotidien surchargé, as-tu beaucoup d’opportunité à t’esclaffer ?

Le rire est un entrainement.

Les muscles utilisés (qui sont très nombreux) peuvent se tendre et moins bien fonctionner.

Est-ce que tu te dis souvent : « ah zut, j’avais prévu de …. aujourd’hui, mais je n’ai pas eu le temps ! » ?

Et si les … sont « rire », qu’est-ce que tu as perdu en ne le faisant pas ?

Si le rire ne fait pas parti de ton quotidien, tu dois l’intégrer volontairement comme toute pratique pour ton bien-être.

Ne laisse pas le temps filer sans en maitriser une partie.

Gérer tes journées avec des moments à toi, c’est très bénéfique à la fois pour ton mental, mais aussi pour tout ton corps.

Ok, tu ne peux pas te poiler de tout, et tout le temps te bidonner, mais quand même !

Mais c’est comme beaucoup de chose, tu remarqueras que plus tu le fais et plus ce sera simple et naturel.

Alors profite de la vie et de ton rire, chaque fois que tu le peux !

Cet article participe au festival d’articles du développement personnel et j’espère qu’il touchera beaucoup de personnes pour les aider à partager leurs rires plus souvent.

Ce festival est organisé par le blog penser-et-agir, leur article sur le lâcher prise peut t’aider à comprendre tes autres freins.

Bon rire !

Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.